Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 21:26

La semaine dernière, les agriculteurs ont manifesté un peu partout pour protester contre les contraintes réglementaires, les normes et tout le tintouin. Je voudrais joindre ma voix à celle des paysans pour crier avec eux un vibrionnant "Stop !"

Arrêtez de nous empêcher d’avancer, d’innover, d’inventer, de produire… de vivre en somme, avec vos normes à la noix, vos réglementations à la mords-moi-le-chose. Tout devient tellement compliqué qu’il vaut mieux aujourd’hui, où qu’on soit, faire le choix de ne rien faire. Qu’il soit élu, chef d’entreprise, adhérent d’une association, gare à celui qui aura une idée ! Le téméraire qui osera tenter de gravir la montagne de la réglementation empruntera un chemin escarpé, mal balisé, parsemé d’embûches et de pièges, et s’il n’arrête pas lui-même par découragement, il prend le risque de se faire précipiter dans le vide.

Si du temps de Don Quichotte celui qui voulait voyager loin devait ménager sa monture, aujourd’hui, celui qui veut aller loin devrait préférer, ô paradoxe, l’immobilisme ! C’est moins risqué, beaucoup plus simple au final. Seulement, si ça se trouve, ce n’est pas comme cela qu’on pourra s’en sortir.

Pour illustrer mon propos, je voudrais vous donner lecture d’un court extrait du décret censé définir la pénibilité au travail. C’est presque passé inaperçu, mais c’est pourtant édifiant. On apprend ainsi à l’article D.4161-2 du Code du Travail qu’est pénible un métier produisant des vibrations transmises aux mains et aux bras dont la valeur d’exposition rapportée à une période de référence de 8 heures est de 2,5 m/s2 pendant 450 heures par an alors que, tenez-vous bien, quand les vibrations sont transmises à l’ensemble du corps, la valeur d’exposition rapportée à une période de référence de 8 heures n’est, elle, que de 0,5 m/s2. Pour les ignares qui ne connaîtraient pas les m/s2, il faut savoir que, je cite : « l’exposition s’évalue comme la valeur efficace de l’accélération en m/s2 pondérée en fréquence, mesurée selon trois axes orthogonaux ». Je n’invente rien, c’est écrit en toutes lettres sur le site travailler-mieux.gouv.fr, et ça, ça ne peut pas s’inventer non plus !

Quel est, honnêtement, l'illuminé qui a pondu cela ? Comment est fait cet homme ? Est-il constitué comme vous et moi ? Où vit-il ? Que fait-il de ses journées ? Comment parle-t-il à ses enfants ? Leur dit-il : "Attention, tu vas renverser la casserole !", ou bien : "Mon fils, la rotation coaxiale de votre humérus devrait entraîner rapidement une sur-humidification de l'ordre de 400 hl/ha de la surface du linoléum de la cuisine" ? On ne doit pas vivre sur la même planète, autant de génie dépasse l'entendement !

Avec de la belle réglementation comme ça, parce qu’il faut tout de même reconnaître que c’est de la belle ouvrage, quel inconscient oserait entreprendre ?

La norme permet de fabriquer des usines à gaz et la pénibilité n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. La réglementation, dont le but, il ne faut pas l’oublier, doit être de clarifier les choses, crée de l’incertitude, des conflits à venir, du travail pour des tribunaux déjà engorgés, des tas de choses certes, mais pas l’once d’une envie d’entreprendre.

Pendant ce temps-là, la France continue de se laisser distancer par la plupart de ses concurrents, mais nous, Monsieur, quand nous mourrons, ce sera dans la norme !

La semaine prochaine, je vous raconterai l’histoire du mec qui aurait dit un truc à un autre mec et puis il ne fallait pas qu’il le répète mais il l'a répété et puis après il a dit qu’il l’avait pas dit, mais comme il l’avait dit quand même il passe un peu pour un benêt, mais quand on connaît son patron, on n’est pas complètement surpris.

Partager cet article
Repost0

commentaires

marsou 16/11/2014 11:46

Il parait que le code du travail pèse 1kg200.

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages