Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 22:16

J’avais décidé de prendre quinze jours de vacances « chroniquières » pour la Toussaint. J’appréciai la perspective du repos qui s’offrait à moi. Je savourai aussi, dois-je l’avouer, c’est un peu sadique, l’image de ces foules en détresse qui allaient se demander ce qui avait bien pu m’arriver pour que je me tusse ainsi. Mais de plaisir, de repos, de paix, il ne fut point question : l’angoisse a pris le dessus, la peur m’a tétanisé. Les journaux ont mis du temps à l’évoquer mais l’affaire des clowns sinistres fait grand bruit. Leur action malfaisante terrorise une population déjà éprouvée, mise à mal par la hausse des impôts, la montée du chômage et le retour de Mireille Mathieu. Ces affreux clowns sinistres empêchent la populace en liesse de préparer dignement les réjouissances de la mi-mandat de "Moi –Président". Pourtant il y a de quoi se réjouir : plus que deux ans et demi, on n’a jamais été aussi près de la fin ! Oui, les clowns sinistres font souffler sur la France un vent mauvais pour reprendre la métaphore en usage dans le cercle pas si fermé des pétomanes. Je n’ai pas osé sortir de chez moi de peur d’en croiser un. Un clown sinistre, pas un pétomane. J’avais le trouillomètre tellement à zéro que j’aurais même été heureux de tomber dans une rue sombre sur un mort-vivant d’Halloween, un vampire, une faucheuse ou un Frankenstein, n’importe qui plutôt que ces affreux clowns qui sèment la terreur.

Heureusement, en France, au pays de l’assistanat généralisé, le gouvernement pense pour nous et pourvoit à notre bien-être. Alors la clown-team gouvernementale s’est un peu surpassée pour nous distraire, avec la drôlissime Fleur Pellerin, ministre de la Culture, qui s’est révélée incapable de citer le nom d’un ouvrage de Modiano (non Fleur, ce n’est pas Marcel Modiano, c’est Patrick son prénom), Modiano, qui vient quand même de décrocher le prix Nobel de littérature, rien que ça. Fleur Pellerin, incarnation de la Culture de notre glorieuse république, qui cale sur la question, avoue ensuite sans ambages ne pas avoir ouvert un livre depuis deux ans : même pas un « Femme Actuelle » ou un « Oui Oui », même pas une notice IKEA ! En même temps, si on demandait à Patrick Modiano ou au premier clampin venu dans la rue qui est Fleur Pellerin, il n’est pas sûr que le taux de bonnes réponses dépasse de beaucoup le nombre d’ouvrages dévorés par ladite ministre depuis deux ans… Après Pellerin, la petite Vallaud Belkacem a également été appelée à la rescousse en se prononçant devant l’Observatoire de la Laïcité pour le port du voile par les mamans dans les sorties scolaires, au nom, très certainement, de la même laïcité. Et puis Miss Taubira, de son côté, a osé déclarer sans sourire qu’il fallait supprimer la bourse au mérite, symbole de l’inégalité : c’est vrai, ça, c’est quoi ce gouvernement qui encourage non seulement ceux qui bossent, mais en plus ceux qui réussissent ? Il était quand même grand temps de réagir !

Alors face à tout cela, la droite se mobilise, vous avez remarqué ? Depuis que Sarko ne vend plus, c’est Juppé qui a le vent en poupe. Juppé, 69 ans cette année, 72 ans en 2017 s’il doit être candidat à la présidentielle, Juppé déjà ministre en 1986, Juppé symbole du renouveau. C’est tout de même dommage que la sénilité de Chirac l’empêche d’incarner l’avenir, mais il ne faut pas désespérer.

Et si la politique ne fait plus recette, il nous restera le syndicalisme : adhérez à la CGT, votre cotisation permettra de financer la rénovation de l’appartement parisien de M. Le Paon, secrétaire général dudit syndicat, porte-parole de la classe ouvrière, hébergé aux frais de la princesse dans un logement refait à neuf pour 130.000 €, des peccadilles acquittées par le prolétariat en déroute et vos impôts, car c’est encore là la plus grande source de revenus de ce ramassis de privilégiés.

En pensant à tout cela, j’ai de nouveau pris peur : et si au final c’était tout ce petit monde la bande des clowns sinistres qui sème la désolation ?

La semaine prochaine, je vous parlerai de la joie de mon chien lorsque je lui ai appris qu’il était un être vivant sensible.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages