Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 19:46

Les héros sont fatigués. On s’ennuie, on tourne en rond, on n’avance pas, on s’emmerde pour résumer de façon un peu triviale. Alors que les soixante-huitards et leurs héritiers ont envahi l’espace public, on manque de souffle. Eux qui s’agitaient au son du slogan « il est interdit d’interdire », les voilà devenus les parangons de la proscription, les coryphées de la prohibition, les chantres de l’interdiction.

Je me suis fait la remarque lorsque les media nous exposaient en début de semaine la belle idée de Mme Hidalgo, maire de Paris, d’interdire, à l’horizon 2020, les véhicules diesel dans Paris, sauf « pour les ménages parisiens à faibles revenus qui n’ont pas les moyens de remplacer leur vieux véhicule diesel et qui ne se déplacent en voiture que le week-end ». Non, je ne m’égosillerai pas cette semaine encore contre les pondeurs de normes, même si je suis curieux de connaître la composition du futur comité Théodule qui sera chargé du contrôle des revenus des automobilistes parisiens modestes, une expression qui sonne toutefois comme un oxymore, chargé aussi de la vérification du fait qu’ils ne se déplacent qu’après 23h59 le vendredi soir jusqu’au dimanche minuit, et tant pis pour eux s’ils tombent dans les bouchons du dimanche soir.

On passe son temps dans ce pays à interdire. Les bobos qui nous gouvernent, eux qui proclament leur filiation spirituelle avec les bateleurs de barricades, ne vivent que par un fantasme : celui d’interdire.

Interdit de boire, interdit de fumer, interdit de rouler, interdit de faire du sport quand il fait beau, interdit de développer un projet touristique ou économique, interdit de toucher au scarabée pique-prune quand on construit une autoroute, interdit d’embaucher librement, encore plus interdit de débaucher, interdit de mettre des notes à l’école, interdit de travailler plus de 35 heures, interdit de délocaliser, interdit d’augmenter les loyers, interdit de penser librement l’histoire, interdit de travailler si on n’a pas de papiers, interdit de laisser vide un appartement dont on est propriétaire, interdit de construire, interdit de redoubler, interdit de mettre une fessée à ses propres enfants, j’en passe et des meilleures.

Quel projet de société exaltant que celui qui consiste à tout interdire, sous prétexte qu’on a des idées sur tout ; qu’on a surtout des idées disait déjà Coluche. Quel radieux avenir, celui d’un pays où, à force de s’astiquer la membrane et à grand coup d’interdits, on aura bâti un monde idéal et invivable dans lequel on pourra étouffer tranquillement !

S’il nous manque aujourd’hui une chose et une seule, c’est la liberté, la liberté d’agir et de penser. Notre pays est devenu un grand pays parce qu’il était un pays de liberté, un pays de liberté qui savait avancer confiant, confiant et en même temps incertain.

Par la grâce de tous ces cons diplômés qui ont la prétention de savoir ce qui est bien pour les autres et qui au nom de leurs certitudes passent leur temps à vouloir nous imposer leur vision étriquée du monde, nous voilà devenus un pays sclérosé où chaque texte législatif ne vient pas encourager les initiatives mais ne fait qu’apporter son lot de nouveaux interdits.

Quand l’esprit du temps est ainsi, il faudrait être un peu inconscient pour avoir confiance dans l’avenir, et c’est paradoxalement ce qui pourrait nous arriver de mieux !

La semaine prochaine, je vous démontrerai que le ridicule ne tue pas grâce à l’immanquable photo de « Moi Président au pays des Kazakhs » avec sa jolie chapka.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages