Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 22:17

Depuis ce week-end, le monde a les yeux tournés vers la Grèce. Cela se comprend aisément puisque Demis Roussos est mort. Demis Roussos, l’homme dont le système pileux est un défi à l’idée de déforestation, était un Grec célèbre, connu bien au-delà du cercle fermé des esthéticiennes. Il paraît même que sur un échantillon représentatif de dix ménagères de moins de cinquante ans, huit sont capables de citer le titre d’une œuvre de Demis Roussos quand trois seulement peuvent nommer un bouquin d’Aristote et, pire, que 0,3 sur 10 seulement connaissent le prénom d’un des fameux colonels qui avaient pourtant inventé en Grèce un régime plus célèbre que celui du docteur Dukan.

La Grèce, la Grèce, il n’y en a que pour la Grèce depuis dimanche, il y aurait de quoi en perdre la dette, de la Grèce. A l’heure où le blizzard attaque New York, c’est un véritable tsunami qui emporte toute la planète bobo depuis la victoire de Syriza, le parti d’extrême-gauche aux élections législatives en Grèce.

Il fallait les voir, ou les entendre, réunis dans leur troquet de la place du Colonel Fabien à Paris dimanche soir, beugler des « on a gagné » ( ? ) et chanter l’internationale. Calmons-nous, camarades ! Ne Mélenchon pas tout, même si la tentation des parallèles est grande.

En jetant d’ailleurs un coup d’œil rapide à notre très récente histoire, nos amis Grecs pourraient trouver matière à réflexion. On l’a eu, nous aussi, notre harangueur de foule, notre capitaine de pédalo, celui dont l’ennemi, c’était la finance. Trois ans se sont à peine écoulés que le voilà rendu au Forum de Davos pour se livrer sans vergogne à un exercice bien senti de podosuccion devant tous les grands de ce monde. Rideau, camarade ! Fini le grand soir. Ceux qui avaient cru à ses fabulettes se sont allés faire voir chez vous, amis Grecs. Fin de la récréation, il est temps de reprendre pied dans le monde réel.

Moi-Président nous aura, au final, fait perdre de précieuses années, permettant à la France d’être rétrogradée à la place de 6ème puissance mondiale (mais il ne faut pas désespérer, on doit pouvoir faire pire) avant de reprendre la voie du retour à la réalité, la seule, qu’on le veuille ou non, que ça nous plaise ou non, la seule qui puisse nous emmener ailleurs qu’au fond du gouffre, même si le chemin est escarpé et frôle souvent le précipice.

Oui, chers amis Grecs, ça va se passer de la même façon chez vous demain ; votre bonimenteur devra bien, lui aussi, rabattre son caquet après vous avoir gratifiés de quelques effets de manches. Quand les émissaires de l’euro vont arriver, ils vont vous demander : « Vous partez, non ? » Vous, vous allez tâter un peu de socialisme, il a déjà tellement fait preuve de son efficacité ailleurs, vous allez commencer par redistribuer généreusement de l’argent que vous n’avez pas, vous allez prendre toutes les mesures nécessaires pour décourager ou faire fuir ceux qui pourraient vous sortir de là, et puis quand vous serez arrivés au bout de votre impasse, vous ferez demi-tour pour rentrer de nouveau dans le rang, mais là, attention, la potion va être encore plus difficile à avaler. Cette potion est en effet d’une telle amertume que même les Lapons n’en veulent pas, pas plus que les Inuits : oui, on la trouve âcre au Pôle.

Ainsi, après tant de traits d’esprit sur la Grèce, je vous ferai remarquer que ce n’est pas l’austérité (qu’on peut appeler aussi « saine gestion »), ce n’est pas l’austérité qui tue un pays, c’est le laxisme qui le précède et le retard à se réformer, il n’y a qu’à voir la bonne forme des Anglais ou des Allemands pour le comprendre : plus on attend, et plus ça fait mal. Ah, si Moi-Président pouvait lire mes chroniques !...

La semaine prochaine, je vous raconterai l’histoire du djihadiste blessé au combat qui perçoit une allocation "handicap" à son retour en France. Celle-là, je pense qu’elle ne vous fera pas rire !

Partager cet article
Repost0

commentaires

perry marie-sabine 28/01/2015 15:23

et le Pirée encore à venir......

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages