Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 05:48

Amis de la culture, bonjour. Si vous aimez la philosophie, et plus précisément la philosophie politique, vous allez vous régaler. Sinon, passez votre chemin. Je vous propose en effet de décrypter aujourd’hui une pensée fulgurante, pas aussi fulgurante que sa progression vertigineuse sous les lambris de la république exemplaire de Moi-Président, mais fulgurante néanmoins, la pensée de Madame la Ministre de l’Education Nationale, la bien nommée Najat Vallaud Belkacem.

Dans une interview qu’elle a curieusement réservée non pas à la revue Esprit ou à France Culture mais au magazine GQ, qui doit être à l’expression de la pensée ce que le brocoli est au bœuf bourguignon, Madame Vallaud Belkacem nous livre une réflexion profonde : sa vision sur la différence entre la gauche et la droite, et notamment sur la différence qui peut exister entre un électeur de gauche et un électeur de droite.

C’est ainsi que j’ai été heureux d’apprendre qu’un électeur de gauche est un type qui, je cite, « parle exactement de la même façon à un chef d’entreprise du CAC 40 qu’à un chauffeur de taxi. Avec le même respect, en étant tout autant intéressé par ce que l’autre a à lui dire. » J’ai pensé en découvrant cette interview que pour arriver à tenir de tels propos en se prétendant sérieuse, Madame Vallaud Belkacem avait dû monter par erreur dans la voiture de Martin Bouygues ou de François Pinault en lui disant : « Déposez-moi au Palais de l’Elysée. Je n’ai pas d’itinéraire préféré et vous voudrez bien couper RTL pour mettre Chérie FM, merci. » Ainsi, en vraie femme de gauche, elle se serait adressée de la même manière à un patron du CAC 40 qu’à un chauffeur de taxi, avec respect.

Pas comme un sale mec de droite. Car qu’est-ce qu’un homme de droite ? J’avoue que je n’avais moi-même jamais pensé à toute l’étendue de l’horreur du fait d’être un homme de droite. Je vous propose donc d’aller ensemble boire à la source de la « pensée Vallaud Belkacem », qui de son œil de faucon (ou de vraie conne, allez savoir), flaire et reconnaît un homme qui vote à droite, je cite à nouveau, « à une forme d’indifférence ou d’acceptation voire de légitimation des inégalités.»

Voilà livré le concentré de la pensée politique de Madame Vallaud Belkacem, voilà cette « substantifique moelle » dont nous parlait Rabelais (que demain grâce à elle les élèves n’étudieront plus), voilà la pensée d’une des représentantes des plus hautes sphères de la république française. Cela pourrait presque se passer de commentaire. Arriver à un tel niveau d’élévation, de conceptualisation, d’intellectualisation des problèmes, force le respect. Le propos, quasi-scientifique, est manifestement sous-tendu d’une profonde et rigoureuse réflexion, d’une démarche philosophique et philologique qui sait parfaitement faire fi des préjugés. On est loin des discours du Café du Commerce. On est loin de la caricature grossière, de l’amalgame outrancier, des raccourcis abrupts, du niveau zéro de l’intelligence.

Pour les esprits curieux qui souhaiteraient approfondir le sujet, je vous conseille vivement d’ajouter aux œuvres complètes de Mme Vallaud Belkacem, qui devraient prochainement paraître aux éditions Harlequin, la lecture de « Le monde comment qu’il est » par Jean-Claude Van Damme.

La semaine prochaine je m’inquiéterai avec Najat Vallaud Belkacem de la chute récente du zoo de la Palmyre aux mains de l’Etat Islamique.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages