Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 21:02

Aujourd’hui c’est le grand démarrage des soldes. Avant la ruée frénétique des consommateurs surendettés vers les lieux sacrés de la consommation de masse, je vous propose de méditer cet apophtegme de Saint Augustin: « Attention, pendant les soldes on ne propose pas que des bonnes affaires ! ».

Les soldes peuvent effectivement être l’occasion pour le commerçant de sortir de son arrière-boutique de vieux articles usagés. Par exemple le Parti Socialiste s’est contenté de proposer un candidat au rabais à l’occasion de la nomination de ses secrétaires nationaux, en tentant de propulser Yacine Chaouat au poste enviable de secrétaire national adjoint du PS à l’intégration. Seul hic, le même Chaouat avait écopé en 2011 de six mois de prison avec sursis pour violences conjugales. La classe ! Au cœur de la République Exemplaire, ça pose la violence conjugale. Et puis c’est nouveau, ça nous change de la fraude fiscale, c’est plus classe que le favoritisme, ça a plus de panache qu’une banale phobie administrative ou même qu’un petit voyage en Falcon. Pauvre de lui, Yacine Chaouat est passé directement de la case « soldes » à la case « liquidation ». Vingt-quatre petites heures auront suffi pour lui régler partiellement son compte, ce que l’individu a peu goûté puisqu’il s’est fendu d’une sortie honteuse en proclamant qu’en France, quand on est musulman on n’a pas le droit à une deuxième chance, comme si c’était là le sujet ou ce qu’on lui reproche.

Décidément, on ne fait pas que de bonnes affaires en période de soldes. Si on est Européen, on va profiter des soldes pour racheter de la dette grecque au rabais. Ça ne vaut rien, la dette grecque, ça ne vaudra jamais rien, mais ça se négocie, ça se renégocie, ça se rallonge, ça se discute, ça se « marchande-de-tapis », ça occupe du monde de Bruxelles à Athènes, des plumitifs aux ronds-de-cuir. Athènes, où naquit la tragédie il y a quelques siècles, n’a rien perdu de sa superbe : Tsipras et son ministre des Finances Varoufakis n’ont pas leur pareil pour nous jouer les Hellènes effarouchés dans la grande scène du II. Après les tirades enflammées, les esclandres et les portes qui claquent, tout cela se terminera nécessairement par « Embrassons-nous, Folleville !». En effet, l’important, au final, c’est que perdure l’illusion : dans le grand jeu de dupe de l’endettement public, tout le monde sait parfaitement que la Grèce n’honorera pas ses engagements, mais il est essentiel de faire croire qu’elle le fera quand même, sinon le système pourrait s’effondrer comme un château de cartes.

Oui, ça peut devenir gênant la dette, mais il faut parfois payer le prix fort. Demandez son avis à Patrick Drahi, le patron de SFR NUMERICABLE : pas de soldes pour lui, qui devra aller se rhabiller après avoir mis tout de même 10 milliards d’euro sur la table pour tenter sans succès de s'offrir Bouygues Telecom. Dans une affaire purement privée, où le contribuable n’est pas sollicité, il était assez savoureux d’entendre Valls et Macron mettre en garde le susdit PDG contre le danger que représente un endettement excessif. La France qui, depuis quelques années, va pointer à Bruxelles tous les six mois car elle ne respecte jamais ses engagements de déficit et aggrave chaque jour une dette déjà abyssale est assez bien placée pour donner des leçons de bonne gestion. Mais là aussi, l’important c’est de faire bonne figure : après tout, le commissaire européen aux affaires économiques n’est que Pierre Moscovici, qui a participé activement au déraillement du train France avant de s’installer maintenant au poste de contrôle et de surveillance !

La semaine prochaine je décernerai une palme sans huile à Ségolène pour son combat méritoire contre le Nutella.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages