Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2019 4 26 /09 /septembre /2019 17:49

Jacques Chirac est décédé. Un symbole de l’ancien monde disparaît. Chirac était un peu la synthèse de tout ce que les Français ont sanctionné aux dernières élections présidentielles.

 

Son seul fait d’armes, qui n’est pas mince il faut le reconnaître, c’est d’avoir résisté aux sirènes américaines et anglaises lors de la catastrophique guerre en Irak.

 

Pour le reste, Chirac aura tout aimé et tout trahi au gré des vents et de ses ambitions. Des accents socialisants de l’appel de Cochin au pseudo-tatchérisme de 1986, il aura embrassé un large éventail de « convictions », allant même jusqu’à oser déclarer le libéralisme était pire que le communisme ! Artisan de la victoire de la gauche en 1997 après avoir tourné le dos à ses engagements de la présidentielle de 1995, Chirac décide alors de faire ce qui lui permettra de se maintenir douze ans à l'Elysée : rien.

 

Chirac était un éminent produit de l’ancienne école : un étatiste sympathique, qui n’avait pas son pareil pour flatter le cul des vaches. C’était un temps béni où les Français pardonnaient beaucoup à leurs politiques parce qu’au final ils arrivaient encore à s’en sortir. Un temps béni où l’on tolérait que les politiques sentent un peu le soufre. Un temps béni où les politiques de tous bords ont grillé les cartouches de la maison France sans jamais s’attaquer aux problèmes (retraites, chômage, déficits publics…) qui nous sautent à la figure aujourd’hui. Il est, avec ses contemporains, l’un des fossoyeurs de l’ancien monde.

 

Au fond, la plus grande réussite de Chirac c’était l’immobilisme. Requiescat in pace.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages