Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 17:23

Le magazine Time vient de désigner Greta Thunberg personnalité de l’année 2019. Voilà qui laisse songeur.

Greta Thunberg est le symptôme d’une époque où la raison et la modération n’ont plus leur place dans la conduite du monde.

On vit une époque d’émotion, d’images chocs et de tweets qui condamnent la réflexion et le fond au profit de la forme. Il faut être percutant, heurter, interpeller et tant pis si on fait l’économie de l’argumentation, du raisonnement, de la preuve – de l’intelligence en somme.

Greta Thunberg est l’image dans le miroir de Trump : aussi outrancière, aussi insupportable, sauf qu’elle défend une bonne cause. Alors on ne dit rien, voire pire : on l’invite à s’exprimer à la tribune de l’ONU (pas à la fête des voisins ou à une fête d’école, non à l’ONU !) et on la canonise en personnalité de l’année.

L’écologie punitive et les bonimenteurs de la décroissance ont donc encore de beaux jours devant eux. Pourtant l’environnement est une affaire est trop sérieuse pour être laissée à des adolescentes excitées ou à des pseudo-intellectuels en goguette.

Il est impératif de nous convertir à l’écologie. Convertir vient du latin convertere : « se tourner vers ». Mais ce que nous propose Greta et ses copains n’est plus ou moins qu’un virage à 180°. Greta Thunberg et ses amis sont d’authentiques réactionnaires : des gens qui veulent arrêter la marche du monde, parce qu’il leur échappe et qu’ils ne le comprennent pas, pour revenir à un « avant » fantasmé. Mais le monde est mouvement et l’avenir de la planète n’est pas dans les lampes à huile et la marine à voile pour paraphraser le Général de Gaulle.

La conversion écologique ne viendra pas de Greta Thunberg. Elle viendra des entreprises qui sont le vecteur du changement par l’innovation et du poids des opinions publiques. Encore faut-il qu’il y ait une opinion publique : quid de l’écologie en Chine, en Turquie ou en Russie par exemple, pour ne citer que ceux-là ?

Moralité : s’il faut qu’il y ait une opinion publique, il nous faut bien supporter Greta Thunberg. Disons-nous que c’est notre punition pour avoir trop souillé notre planète. Oui, c’est bien sévère…

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages