Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 11:03

Podcast

 

Cette semaine c’est la rentrée. Il était temps. Deux mois de vacances en pleine période d’hiver, ça commençait à bien faire. Que faire avec ce temps pourri ? Moi je suis allé peaufiner mon bronzage dans les salles obscures et je voudrais inaugurer notre nouveau rendez-vous hebdomadaire avec une rétrospective cinéma : les bons films de l’été.

 

A l’affiche, après LES TONTONS FLINGUEURS, j’ai vu LE PAPY BRAQUEUR. Ca se jouait du côté de Trouville au mois d’août. L’histoire est assez classique : un retraité ruiné par l’effondrement de la bourse tente sa chance au braquage. Manque de bol pour lui, il choisit le Casino, où il n’y a que 7500 € dans la caisse. De vous à moi, il aurait mieux fait de braquer le Super U. Au moment de prendre la fuite, une crise d’arthrose malencontreuse ralentit sa course et, tel le Mesrine des maisons de retraite, il tombe sous les balles de la police. C’est efficace. Le film devrait d’ailleurs être adapté prochainement en Belgique avec le même scénario. La seule différence, c’est que le braqueur repartira avec les jetons du Casino.

 

On a eu droit à d’autres bons polars cet été. J’ai revu L’ETE MEURTRIER, version téléréalité, avec la disparition de FX de Secret Story. Autant vous dire que le monde de la culture est en deuil. J’ai aussi vu L’ETE MEURTRIER version animalière, avec la disparition du créateur de Bonne Nuit les Petits, le papa de Nounours. Comble de l'ingratitude, les écolos n’ont même pas pris le temps de réagir à cette triste nouvelle.

 

Dans le registre films à sensations, je retiendrais surtout TITANIC, un reportage sur les finances publiques des grands pays industrialisés. Le thème est classique : au moment où on s’y attend le moins, parce que l’été est une période propice à la gaudriole, les bourses s’effondrent. La vraie réussite de ce film, c’est son côté réellement angoissant : on se demande en effet comment on va pouvoir s’en sortir. Pourtant, le scénario est convenu et hyper prévisible : 40 ans à vivre au-dessus de ses moyens, comment voulez-vous que ça se termine autrement ?

 

J’ai aussi goûté aux films d’aventures notamment avec ATTRAPE MOI SI TU PEUX. Dans le rôle vedette, le grand démocrate Mouamar Khadafi. Un scenario efficace : après 42 ans de bons et loyaux services, pour lui et sa famille principalement, un chef d’Etat, fan de camping sur les Champs Elysées, se fait renverser du pouvoir. La question, c’est de savoir où qu’est donc passé le Mouamar. On va peut-être le retrouver chez nous dans le Loir-et-Cher, terré au fin fond de la Sologne, ça nous changerait un peu des évêques pédophiles.

 

Enfin, pas de films connu sans une suite, et après ROCKY 15, j’ai adoré ce week-end DSK 2 LE RETOUR. Vous avez dû le voir aussi sur vos écrans de télé, c’était assez difficile de passer à côté. Palpitant, il n’y a rien d’autre à dire. Trois images qui passaient en boucle, pas un seul mot, et une triportée de journalistes hystériques qui tenaient l’antenne pendant des heures sans rien avoir à dire. Un film dont l’intensité des dialogues n’a pas été sans me rappeler l’interview du col du chemisier de Nafissatou Diallo.

 

La semaine prochaine, je vous parlerai de l’influence des robes d’Angela Merkel sur le cours de la saucisse à Francfort.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages