Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 08:09

Podcast

 

15 jours absent, 15 jours à ne pas ouvrir sa boîte mail, et puis voilà ce qui arrive : vous avez 488 nouveaux messages !

Les boîtes mail, c’est épatant, même si elles reçoivent plus de pubs que de messages utiles ou de messages d’amitié. Résultat, on est engorgé de messages dont la crétinerie le dispute à l’inutilité.


En quinze jours, j’ai reçu dix-huit messages d’un type qui me dit que ça vie a changé depuis qu’il a pris des médicaments pour avoir une grosse zigounette : je me réjouis sincèrement pour toi mon vieux, mais ne te crois pas obligé d’ameuter la terre entière avec ça. Est-ce que moi j’envoie des messages à tout le monde pour dire que la vie est pas mal non plus avec une virilité calée dans les normes habituellement tolérées par la médecine ?

 

J’ai dû aussi être deux cent cinquante fois le millième visiteur d’un site ce qui me vaut la promesse d’un magnifique cadeau, avec la précision « Ceci n’est pas une blague ». Ceci n’est pas une blague : parce que vous trouvez ça drôle ? Moi je ne trouve cela que pathétique. J’ai des promesses de chèques, de gains, de cadeaux à la pelle, il me suffirait de cliquer sur le lien pour suivre. Et là, je me pose la question : y a-t-il des gens assez benêts pour y croire ? Manifestement oui, sinon la plaisanterie n’aurait plus cours. Mais ma boîte mail ne sert pas qu’à la pub. Internet, c’est un moyen extraordinaire pour rameuter 20, 100, 1000 personnes en deux coups de clics.

 

Il y a quelques années, on a vu fleurir les chaînes. Vous en souvient-il ? Vous receviez un mail qui vous parlait de la petite Miranda. Miranda, âgée de 8 ans, vivait dans un bidonville au milieu de ses 48 frères et sœurs. Elle était atteinte d’une maladie incurable, elle menait une vie à côté de laquelle celle de Germinal ressemble à des vacances au Club Med. Résultat, pour aider la petite Miranda, il fallait impérativement faire suivre la chaîne. Et gare à vous si vous ne le faisiez pas, car il risquait de vous arriver des malheurs. La semaine d’avant un type qui avait brisé la chaîne avait été obligé de passer son réveillon avec François Fillon, et croyez-moi, il n’avait pas beaucoup rigolé. Alors que si vous poursuiviez la chaîne, le bonheur vous était promis. La preuve, quinze jours  plus tôt, une femme qui avait donné sa chance à la petite Miranda avait gagné un lot de cartes Pokemon à la fête de l’école. Bref, les chaînes, c’était formidable, mais on n’en trouve presque plus.

Plus moyen de se rendre utile. Plus possible d’être agréable à son prochain. C’est sûrement pour cela qu’ils nous ont pondu la journée de la gentillesse. Ce genre de manifestations aussi édifiantes et utiles que la journée de la gentillesse, de vous à moi, heureusement que ça ne tombe qu’une fois par an, sinon ça me foutrait de mauvais poil et j’en oublierais de fêter un bon anniversaire à ma grand-mère qui a l’oreille collée au poste ce matin, même si elle n’entend rien !

 

La semaine prochaine, je vous parlerai de l’influence des danses folkloriques sud-coréennes sur le trémoussement des meutes grégaires juvéniles de la société de consommation.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages