Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 07:03

Podcast

 

Faut-il donc travailler le dimanche ? La question mérite d’être posée. Personnellement je m’en fiche, je ne travaille que le mercredi, mais cela ne m’empêche pas d’être concerné, c’est ça les belles consciences.

Je vous repose donc la question : faut-il oui ou non travailler le dimanche ? Pourquoi les curés bossent-ils quand les rabbins sont en sabbat ? Pourquoi puis-je acheter des fleurs le dimanche mais pas un tournevis ? Pourquoi les boutiques des aéroports sont-elles ouvertes pendant que celles des gares sont fermées ?…Autant de mystères qui trouvent leur explication dans une bible moderne appelée par les initiés « Code du Travail ».

Comme la Bible, le Code du Travail est un document épais, parfois indigeste, et à moins d’avoir la foi du charbonnier, je vous mets au défi de vous l’infuser d’un seul tenant.

Comme la Bible, le Code du Travail est un document peu accessible au profane et nécessite l’intervention d’un exégète, théologien ou avocat c’est selon, pour en comprendre les subtilités.

Comme la Bible, le Code du Travail est surtout un formidable instrument de promotion des ordres contemplatifs, de tendance monastique ou de tendance ASSEDIC.

Si la diffusion de la Bible doit beaucoup à Saint Paul, la diffusion du Code du Travail est l’un des meilleurs soutiens à Saint Pôle Emploi. La ressemblance s’arrête là. En effet, contrairement à la Bible, le Code du Travail est un document sacrosaint dont on ne saurait déroger.

Alors diantre, peste, fichtre et foutre, de quoi sont donc allés se mêler les juges du Tribunal de Commerce de Bobigny en allant proscrire l’ouverture des magasins de bricolage le dimanche quand tout le monde, salariés, clients et patrons semblait y trouver son compte ?

Mais c’était compter sans la vaillance du gouvernement. Car, v’là-t-y pas que LEROY MERLIN, CASTORAMA et consorts étaient ouverts dimanche que Matignon se fendait d’un communiqué plein d’espoir. Sous le haut patronage du grand Jean-Marc AYRAULT, l’homme qui est à la décision ce que le  Chamallow est à la consistance alimentaire, sous son haut patronage donc se réunirent pas moins de quatre ministres sur ce sujet brûlant. Je dois avouer qu’ils ne nous ont pas déçus puisqu’ils ont pris, sur le champ, une décision ferme, formidable et irrévocable en confiant, sans trembler, une mission sur le travail du dimanche à Jean-Paul BAILLY, l’ancien patron de La Poste qui remettra son rapport dans deux mois. Ça, au moins, ce n’est pas se débarrasser de la patate chaude !

Je me suis dit en lisant le communiqué de presse que tout d’abord, il fut heureux que ces cinq-là se réunissent en urgence, avant de saluer in petto l’immense décision qui venait d’être prise. Sans cela, on aurait pu avoir l’impression d’être gouverné par des charlots…

Parce que, une mission, permettez-moi de vous le dire, ce n’est pas n’importe quoi. Une mission, elle rend un rapport, un rapport qui dira ce qu’il faudrait faire, comme par exemple le rapport MINC en 1994, le rapport ATTALI en 2008 ou encore le rapport GALLOIS en 2012. Une mission, ça met le doigt là où ça fait mal, et le plus important pour le pouvoir en place, de quelque bord qu’il soit, c’est surtout d’enterrer consciencieusement le travail de la mission en prenant soin qu’on ne le retrouve jamais…

La semaine prochaine, je vous parlerai de l’influence des performances de M POKORA dans le collant de Robin des Bois sur la bonne tenue des ventes de DIM.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages