Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 19:10

Podcast

 

« L’art est-il utile ? » La question, écrite de la main du grand Ben, a orné nombre de panneaux publicitaires dans la ville de Blois ces derniers temps. Ben, le fameux Ben qui aura bientôt sa fondation du doute à Blois, nous pose ici une question qui mérite d’être approfondie.

 

De quel art nous parlez-vous, Monsieur Ben ? De l’art de la fugue que pratiquait Jean-Sébastien Bach, de l’art de la guerre qui inspirait Sun Tseu, de l’amour de l’art que je professe ou de l’art de l’amour que Cupidon dispensait la semaine passée aux Valentins et Valentines transis qui se pressaient jeudi soir dans les restaurants de la ville ?

 

L’art, l’art, il n’est question que d’art en ce moment. L’art de la guerre est utile car il peut permettre aux Maliens de se débarrasser des ayatollahs illuminés.

 

Quant à l’art de la fugue, il ne se joue plus au clavecin mais au pipeau, avec en chef d’orchestre un certain Jean-Marc Ayrault. Du pipeau, il nous en a joué depuis assez longtemps avec un budget basé sur une hypothèse de croissance que n’importe quel économiste un tantinet sérieux savait pertinemment fausse. Et depuis le début de la semaine, on entend « Ben oui, vous allez rire, en fait la croissance va plutôt être de 0.3% que 1.2% comme on pensait ». En même temps, il n’y a pas de quoi s’affoler, car la réalité ne sera jamais que 4 fois inférieure à ce qui était prévu. Or il existe un truc imparable pour compenser les erreurs volontaires de recettes fiscales, ça s’appelle le contribuable et c’est super pratique : il suffit d’appuyer dessus et il y a de l’argent qui sort, alors pourquoi s’en priver ?

 

Mais il n’y a pas que la musique dans la vie, et l’art poétique n’est pas en reste non plus par les temps qui courent avec cette belle fable « Le cheval qui voulait se faire aussi lasagne que le bœuf » écrite par un certain Anatole Findus, descendant direct de Jean de la Fontaine, une fable qui a suscité un tel engouement qu’elle se déclame aujourd’hui un peu partout en Europe.

 

L’art de la scène a fait également un nouvel adepte en la personne d’Arnaud Montebourg, le sémillant ministre du redressement productif, qui ne se contente plus de poser en marinière avec un robot ménager à la main mais qui s’est lancé hier soir dans un show, un one-man show à la manière de Steve Jobs. Arnaud Montebourg qui se prend pour Steve Jobs : ça me fait penser à ce que Coluche disait de Danyel Gérard : « Danyel Gérard, il avait le choix entre le chapeau de Bob Dylan et le talent de Bob Dylan, à votre avis, il a pris quoi ? Le chapeau… » Montebourg, c’est un peu pareil, il a le choix entre les shows de Steve Jobs et le talent de Steve Jobs et il choisit les shows. Cependant, Arnaud Montebourg n'avait rien laissé au hasard. Pour cette occasion, et avec nos impôts, il s’est d'ailleurs offert les services d’une comédienne : surprenant de la part d’un homme qui transpire la sincérité, un peu comme Ben avec son art Fluxus et ses questions à la noix comme « l’art est-il utile ? ».

 

Parce que si l’art est utile, pour revenir à l’interrogation première, il est surtout utile au grand Ben, enfumeur de grand talent capable de faire passer pour de l’art sa logorrhée du doute.

 

La semaine prochaine, je vous parlerai de l’influence des chansons de Linda de Suza sur la vigueur de la moustache de la soeur de ma grand-mère.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages