Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 23:00

 

Podcast

 

 

Je ressens, ce matin, comme vous j’imagine, une infinie tristesse. Je suis, comme l’avait dit cette starlette du ciné porno recevant sa palme aux « hots d’or » de Cannes, très « émotionné » et je ne sais si je pourrai, sans pleurer, aller au bout de cette chronique sur le sujet poignant dont à propos duquel j’ai entrepris de vous entretenir.

J’ai appris la semaine passée, comme vous, mais vous ne faites attention à rien, vous ne vous occupez que de sujets secondaires ou frivoles comme les libérations d’otages ou les cavales anonymes de tireurs fous, j’ai appris la semaine passée la mort de Ming la palourde. Ming la palourde, ce n'était pas n'importe qui, c’était le plus vieil animal du monde. Elle avait 507 ans. 507 ans, de quoi ridiculiser Jeanne Calmant qui fait figure de  gamine avec seulement 120 printemps au compteur, bien que l’histoire ne nous dise pas si Ming la palourde avait réussi, elle, à vendre sa coquille en viager.

507 ans, imaginez un peu. Elle était née sous le règne d’Henri IV. Dans sa jeunesse, elle avait réussi à échapper au couteau de Ravaillac, pourtant bien aiguisé. Elle avait traversé sans encombres la Ligue, la révocation de l’édit de Nantes, la guerre de succession d’Espagne, les horreurs de la révolution française, les guerres napoléoniennes, elle avait échappé à Waterloo, elle avait fait son chemin à travers la guerre de 70, elle avait survécu à l’enfer de Verdun, à la crise de 29, au marché noir pendant la deuxième guerre mondiale et pourtant Dieu sait si plus d’un crève-la-faim l’aurait bien croquée, même sans beurre persillé pour se changer des rutabagas. Elle avait esquivé les balles Viêt Công de Diên Biên Phu, fêté le retour du Général en 58, vibré au son des chansons de C Jérôme dans les années 70, elle avait connu tout ça, traversé toutes ces épreuves pour finir bêtement éventrée dans un laboratoire anglais en 2006.

Les scientifiques coupables de cet odieux assassinat, rongés par le remords, ont fini par avouer leur ignoble forfait, la semaine dernière seulement. Le meurtre de palourde n’étant pas encore reconnu juridiquement, voilà un nouveau crime qui restera impuni. Ces hommes, qui sont aux mollusques bivalves ce que Jack l’Eventreur était aux filles de petite vertu tant leur méthode de travail sont similaires, ces criminels en un mot, ont expliqué qu’ils voulaient ouvrir Ming la palourde pour connaître son âge, mais voilà, 507 ans enfermée dans sa coquille et patatras, l’ouverture au grand air lui fut fatale. Il semblerait que l’air d’aujourd’hui soit moins pur qu’il y a 507 ans, et pourtant les historiens s’accordent à penser que François Hollande sent beaucoup moins l’ail qu'Henri IV. Mourir de la main d’un Anglais, l’Anglais étant et restant tout de même notre meilleur ennemi doté surtout de bien piètres talents de cuisinier, voilà une triste fin pour Ming la palourde, doyenne de l’humanité. Françaises, Français, Palourdes, Palourdes, ayons une pensée pour Ming la magnifique.

La semaine prochaine, je vous lirai les statuts du parti des mécontents, je viens de le créer, et a priori, 80% des Français en font déjà partie.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages