Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 08:04

Podcast

 

On a vécu la semaine passée une véritable semaine d’angoisse. Vous voyez de quoi je veux parler bien entendu. Quelque chose qui vous prend à la gorge, l’anxiété qui sourd, un nœud qui se forme dans votre estomac, une goutte de sueur froide qui perle le long de votre tempe. Mais que se passe-t-il, où va le monde ? : les blagues Carambar ont failli disparaître !

C’eût été un pan entier de notre civilisation qui se fût écroulé. Imaginez, essayez d’imaginer : comment les enfants auraient-ils pu grandir sans Carambar et ses blagues à deux balles ? Bien qu’elles ne fassent rire personne, les blagues Carambar, avez-vous remarqué le soin qu’on apporte, petit ou grand, à ouvrir précautionneusement le papier qui emballe l’objet de notre gourmandise, pour ne pas rater l’incontournable blagounette, jamais vulgaire, jamais en dessous de la ceinture, c’est peut-être d’ailleurs à cause de cela qu’on la trouve rarement drôle.

La blague Carambar, c’est une telle institution qu’on peut s’étonner qu’elle ne soit pas encore inscrite au patrimoine mondial de l’humanité. Comme les jeux de Fernand Nathan, ça s’utilise de 7 à 77 ans. Petit, on trouve ça trop drôle, on puise dans une réserve presque inépuisable d’histoires, de charades ou de devinettes. Arrivé à l’adolescence,  on peut lever les yeux au ciel en poussant des soupirs et en expirant un « trop nul » de circonstance. Et puis devenu grand, on va y chercher de quoi amuser ses enfants, animer la communion du petit ou la bar-mitsvah du voisin.

Alors l’annonce de la marque Carambar de transformer le dos de ses emballages en devinettes culturelles plutôt qu’en annexe de l’Almanach Vermot a suscité, à juste titre, un émoi profond. Avant qu’ils ne lâchent le morceau : mais non ! ça aussi c’est une blague, et même certainement la meilleure blague Carambar jamais inventée.

Ah que nous serait-il resté pour rigoler si Carambar avait déserté le registre de l’humour ? Nous eussions certainement été obligés de nous mettre, comme d’autres, à fumer des cigarettes qui font rire pour mettre un peu de couleur dans la grisaille du quotidien. Un peu comme ce jeune entrepreneur de Vendôme chez qui la police a retrouvé, outre 3,4 kg d’herbe prête à consommer, 673 pieds de cannabis. 673 pieds, autant dire que le garçon œuvre à la pousse du cannabis comme Ducros concourt au développement de l’herbe légale. Et le plus drôle là-dedans, venait-il d’ouvrir un Carambar ?, le plus drôle est assurément la remarque fort à propos du commandant de police qui a déclaré, écoutez-bien : « il y avait vraisemblablement une intention de faire du trafic derrière cette production artisanale ». Remarque perspicace, inspecteur Gadget, je crois que votre flair ne vous a pas trompé. Cependant, de commerce d’herbe, il n’y aura pas. La police a tout saisi, exit la pépinière à joint. Décidément, à quelles difficultés doit-on faire face en France  quand on est chef d’entreprise : quand ce n’est pas l’inspection du travail ou le fisc qui vient vous chercher des poux dans la tête, c’est la police qui se charge de faire fermer un petit commerce, et le gouvernement veut nous faire croire qu’il fait tout ce qu’il peut pour lutter contre le chômage !

La semaine prochaine, je vous parlerai de la capacité des Espagnols à nous briser les castagnettes lorsqu’ils ont un ballon rond dans les pieds.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages