Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 12:13

Entrons en guerre contre l’Allemagne ! A quelques jours du 8 mai, une partie du P.S., pourtant parti de gouvernement, aimerait en découdre avec l’Allemagne en général et avec Mme MERKEL en particulier. Il faut aller au combat, à l’affrontement, il faut déclarer la guerre à l’Allemagne. Quand on voit où ça nous a mené les deux dernières fois, on peut légitimement s’interroger sur le bien-fondé de la démarche.


Le casus belli est-il légitime ? Nous partirions en guerre contre la rigueur, source de tous nos maux, et surtout pour la croissance. Car la rigueur, à écouter les « va-t-en guerre » est l’ennemie de la croissance.


L’Allemagne est rigoureuse dans sa gestion. Ses déficits publics sont maîtrisés, sa dette publique tourne autour du 80% du PIB. Si l’Allemagne est rigoureuse, elle ne devrait donc pas connaître la croissance, si l’on suit l’argumentation des partisans de l’affrontement. Cependant, les faits, et Dieu sait si « les faits sont têtus », comme disait le camarade Lénine, les faits sont exactement inverses à la réalité : l’Allemagne connaît une croissance supérieure à celle de ses voisins, et notamment la France.


Comment cette contradiction est-elle possible ? Tout simplement parce qu’il n’y a aucune contradiction, par le seul fait que la rigueur d’hier créé la croissance d’aujourd’hui, et la rigueur d’aujourd’hui crée les conditions de la croissance de demain.

Ils ont l’air malin nos intellectuels économistes de gauche qui ont mal digéré leurs vieilles leçons de keynésianisme : la croissance n’est pas le contraire de la rigueur, elle en est la conséquence. Si le déficit public créait la croissance, il y a belle lurette que la France devancerait la Chine et l’Inde : nous pratiquons le déficit public avec une assiduité qui confine à l’entêtement depuis plus de trente ans !


Nous voilà bien placés pour donner des leçons d’économie à l’Allemagne. Nous nous débattons entre chômage et déficits, nos "performances" économiques n’arrivent pas à la cheville de celles de nos voisins d’outre –Rhin, et nous avons l’outrecuidance d’en plus vouloir leur donner des leçons.


En 39 déjà, les cons avaient fait de la ligne Maginot le rempart imprenable de leur morgue. En 2013, leurs descendants ne sont pas tous morts…

Partager cet article
Repost0

commentaires

F 30/04/2013 16:25

Coucou mon Dédé, en vous appelant ainsi,cela réduit les postulants,désormais je ne vais plus à Tours,et j'espère qu'un jour nous Marcherons ensemble...
Maintenant que tu m'as reconnu, encore un grand bravo pour cette chronique plus juste que les mathématiques .
L'avenir que nous prépare notre "réparateur " semble si radieux qu'on en est à espérer qu'il retrouve rapidement les clés de sa caisse à outils qu'il semble avoir égaré...
La peur de la puissance économique de cette France que doit ressentir le peuple allemand fait froid dans le dos,mais si Mme Merkel sait être agréable,peut-être que notre président aux inégalables
19% saura lui donner des conseils pour sortir son pays de cette trop douloureuse croissance...
Bises

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages