Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 08:02

Podcast

 

Vous connaissez ma tendresse particulière pour les défenseurs des causes les plus improbables, vous savez mon affection pour les hérauts anonymes qui se préoccupent des choses qui n’intéressent personne, et je viens de faire une prodigieuse découverte dans ce domaine. On aborde ici un rivage infini, celui de la bêtise humaine.

Cette bêtise a un visage, un visage parlementaire, et un visage féminin qui plus est puisqu’il s’agit d’une question récemment posée dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale par une députée parisienne, Mme Sandrine Mazetier. Cette brave femme s’est enquise auprès de M. Le Ministre de l’Education Nationale, l’ineffable Vincent Peillon, l’homme qui a en charge l’éducation de nos enfants et qui voudrait qu’on légalise le cannabis,  Mme Mazetier a donc saisi le ministre d’une question primordiale : pourriez-vous, Monsieur Le Ministre, changer l’appellation de l’école maternelle parce que ce nom est effroyablement « sexiste » ? Non, vous ne rêvez pas. Et Madame Mazetier de suggérer de donner un nom « neutre » à l’école maternelle pour, je cite, « lutter contre les stéréotypes », et, je cite encore « redonner aux pères la place qui leur revient dans l’éducation de leur enfant ». En conclusion, Madame Mazetier demande à Monsieur le Ministre de bien vouloir l’informer des mesures que le gouvernement entend prendre à ce sujet…

Ben oui, voyons, il faut quand même que le gouvernement fasse quelque chose pour ce grave problème. Ça suffit de jouer à la guerre au Mali, préoccupez-vous de vrais sujets s’il-vous-plaît ! De deux choses l’une. Ou Madame Mazetier n’a pas attendu les conseils de Vincent Peillon pour user de substances psychotropes avant de monter à la tribune de l’assemblée et c’est inquiétant, ou bien elle est vraiment sérieuse, et  c’est inquiétant. Mme Mazetier, n’avez-vous donc rien à faire de vos journées pour avoir les moyens de vous poser des questions comme ça ? Etes-vous bien l’élue d’un peuple que vous êtes censée représenter ?

Quel sexisme y a-t-il dans « l’école maternelle », quel sexisme peut-il y avoir dans ce mot sinon celui qu’un esprit mal tourné peut vouloir y voir ? Quelle belle affaire de donner un nom neutre à l’école ! Etes-vous donc gênée à ce point que l’altérité fonde la vie ? Rêvez-vous d’un monde de Ken et de Barbie, d’un monde d’asexués qui se reproduiraient en éprouvettes ? Ou êtes-vous simplement mal embouchée ? Je me demande en fait si, pour arriver à penser des choses comme ça, je me demande s’il y a longtemps qu’un homme vous a fait gémir, autrement qu’en vous marchant sur le pied, chère Madame. Je resterai élégant, parce que le français est une langue subtile et que, le français, après tout, c’est ma  langue paternelle !

 

La semaine prochaine je vous parlerai de l’influence de l’ovalité des ballons sur la dégradation des relations franco-italiennes.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages