Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 08:16

Podcast

 

Bonne année ! Et surtout la santé ! Chaque année c’est la même chose. Du 1er au 31 janvier, on se dit des « bonne année »  à s’en faire péter la sous-ventrière, on ne tarit pas de « bonne santé » en s’empiffrant de frangipane histoire de figer dans les hanches les restes des agapes des fêtes de fin d’année.


Janvier, c’est le mois des vœux. Et comme je suis quelqu’un d’important, j’ai reçu les vœux de Monsieur Le Maire de Blois lui-même. Une jolie carte décorée de la main du grand Ben, le garçon qui va avoir à Blois sa Fondation du doute, à propos de l’utilité de laquelle il est d’ailleurs permis de douter, une jolie carte sur laquelle est écrit : « En 2013, soyez curieux ! ». J’ai donc voulu suivre le précepte : j’ai eu la curiosité de lire toute la carte de vœux que j’avais reçue, et j’ai bien fait...

En effet, à l’intérieur de la carte de vœux de Monsieur le Maire, on peut lire à propos de la fameuse Fondation du doute, ouvrez grand vos esgourdes : « La Fondation du doute n’est ni un musée ni un centre d’art, mais un lieu singulier où règne l’esprit Fluxus. »

Et là, question, c’est quoi, l’esprit Fluxus ? Ferais-je du Fluxus comme Monsieur Jourdain faisait de la prose ? Ou le Fluxus est-il au contraire un machin réservé à une élite éclairée comme l’art moderne sait parfois faire accroire qu’il en existe aux imbéciles qui s’ébaubissent devant ? Après quelques recherches sur internet, j’ai enfin trouvé une réponse formidable à la question : « qu’est-ce qu’un artiste Fluxus ? » Et là, je vous assure que je n’invente rien, v'là-t-y-pas que j'ai trouvé sur internet, une magnifique définition de l’artiste Fluxus comme « un acteur qui  interroge le médium qui est le critère de validité et de pertinence du projet artistique, ainsi que la vision linéaire et normative de l’histoire de l’art pour une fin de l’histoire de l’art ce pour disqualifier tout ce qui n’est pas dans la ligne postmoderne, usant d’un relativisme, non dans une posture nihiliste mais pour concevoir les choses dans leurs relations et leurs rapports nécessaires, c’est-à-dire restituées dans leur contexte ». Rien que ça !


Lumineuse définition qui donne tout son sens à ce magnifique projet de la Fondation du doute, ça montre bien qu’au moins avec des gens comme Ben, on a affaire à des artistes qui ne se foutent pas du monde. La preuve en est, c’est que l’esprit Fluxus se veut dans une autre de ses définitions, et là encore je cite, « un produit de résistance culturelle qui consiste à s’opposer à notre transformation […] en consommateurs passifs, la culture ne servant plus que de produit d’appel pour la publicité. » Venant de la part d’un mec qui vend par milliers des trousses et des cahiers  ornés de son écriture déclinée en slogans, ça ne sent effectivement pas l’arnaque. Alors bonne année Ben, bonne année et bonne rigolade, il y a des gogos qui ont cru à votre sincérité !


La semaine prochaine, je vous parlerai de l’influence de la douceur de la démocratie russe sur la migration fiscale des acteurs enrobés.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages