Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 06:53

 

Podcast

 

 

Si vous saviez ce que je suis content de vous retrouver pour une vraie chronique ! Oui, la dernière fois c’était début juillet, un peu plus de deux mois, presque une éternité.

Rendez-vous compte : en ce temps-là, la France ne savait plus qu’elle pouvait gagner un match de foot, Jean-Luc Delarue était en vie et François Hollande était encore populaire, c’est vous dire si ça date !


 Entre nous, il était temps qu’on reprenne le chemin du travail, de l’école, d’une vie normale où la boulangerie du coin est ouverte et où votre voisin vous casse les oreilles avec sa tondeuse. L’oisiveté est la mère de tous les vices, c’est bien connu. Quand on n’a rien à faire, on trouve à s’occuper avec n’importe quoi, et on finit par faire des bêtises.

Tenez, par exemple, les policiers de Blois m’ont collé un PV le 17 août parce que je m’étais garé sur une vraie place mais dans le sens inverse de la circulation. Un 17 août, dans une rue déserte d’une ville de Blois fantôme. Faut-il qu’ils soient désoeuvrés pour casser les pieds et le porte-monnaie d’un citoyen-contribuable ordinaire comme moi ! A Blois, les voleurs devaient être en congés pour que ces grands garçons dans leurs jolis uniformes n’aient rien d’autre à faire pour tromper leur ennui : les petits vieux qui s’amusent à traverser à côté des clous sont prévenus ! En tout cas, Elliot Ness n’a qu’à bien se tenir, parce que manifestement, avec des fonctionnaires de police aussi zélés, le crime ne prospèrera pas à Blois, à moins qu’il ne soit plus facile de s’en prendre aux honnêtes gens plutôt qu’aux délinquants avérés.

 

Oui, il était temps qu’on reprenne le chemin d’une vie normale. Les vacances trop longues, ça nuit à la santé. J’en fus d’ailleurs la première victime puisque je vous avais concocté la semaine dernière une chronique de rentrée de derrière les fagots, mais Denis Deshayes, qui devait encore avoir du sable dans les neurones, a oublié de me programmer deux fois de suite : imaginez ce que vous avez perdu !


Cependant, je ne suis pas le seul à être en retard pour la rentrée : Marie-Amélie Le Fur n’est rentrée de Londres que lundi soir à Blois, avec un billet d’excuse ainsi rédigé : « Monsieur Le Proviseur, veuillez excuser le retard de ma fille retenue en Grande Bretagne pour cause de triple médaille olympique ». De l’or, de l’argent et du bronze qui forcent le respect, l’admiration, des médailles en forme de leçon de courage et d’humilité. Un immense bravo à elle.

 

La semaine prochaine, je vous parlerai de l’influence des sorties d’éléphanteau au zoo de Beauval sur le prochain remplacement de Martine Aubry à la tête du parti socialiste.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages