Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 07:59

Podcast

 

Les vacances arrivent déjà, on commence à penser aux fêtes, on a la tête dans les huîtres, le nez dans le champagne et les mains dans les cadeaux. Tout ça c’est bien, mais faudrait quand même voir à ne pas oublier la culture.

 

Car il fut question de culture cette semaine dans le Loir-et-Cher. On a reçu en effet Bernard Pivot pour l’inauguration du nouvel espace culturel de Blois, l’espace Jorge Semprun.

Bernard Pivot, c’est une espèce d’hurluberlu un peu fantasque qui voudrait nous faire aimer un truc que l’école a renoncé depuis longtemps à apprendre à ses élèves tellement ça sert à rien : l’orthographe. Bernard Pivot il avait inventé la dictée de lui-même, la fameuse dictée de Pivot, un morceau de bravoure de la langue française. Vous avez déjà essayé la dictée de Pivot ? Johnny Hallyday, lui, il avait fait deux fautes à la dictée de Pivot, une à "dictée", une à "Pivot", après il a arrêté. D’ailleurs, Johnny, à qui nous avons demandé ce qu’il pensait de la création d’un espace Jorge Semprun à Blois, a déclaré : « Euh, Jorge Semprun, j’aime beaucoup sa peinture et je suis content que il a une salle à son nom ». Eh oui, Jorge Semprun maintenant à Blois, tout le monde le connaît. Et c’est important de faire parler de soi.

Mais un gars comme Jorge Semprun il n’a pas attendu d’être mort pour qu’on parle de lui, de son vivant il écrivait des livres que les gens lisaient et appréciaient, c’est comme ça qu’on a parlé de lui.

 

Pour être célèbre, vous pouvez aussi écrire un truc que personne ne lira. Prenez Nicolas Perruchot par exemple. On ne parle que de lui en ce moment avec son rapport sur le financement des syndicats. Et pourquoi parle-t-on de lui ? Parce qu’on ne lit pas son rapport, on n’a pas le droit de le lire, il est mort et enterré avant même d’être sorti.  Le président de l’Assemblée Nationale, Bernard Accoyer a dit que ce rapport ne pourrait pas être publié. Ça ne sent ni la censure ni l’omerta ce genre de propos, et l’on se réjouit de vivre dans une démocratie où la transparence prévaut.

 

Ecrire ou ne pas écrire, telle pourrait donc être la question à se poser aujourd’hui, mais la mode semble être à l’écriture.

Il y en a un qui a reçu beaucoup de courrier et qui continue à en recevoir, c’est le Père Noël.  Nous avons pu accéder quelques  minutes à sa boîte mail et nous avons relevé un certain nombre de messages divers et variés, dont celui d'un certain Marc G. de Blois, qui disait : « Cher Père Noël,  s’il-vous-plaît, soyez prudent, si vous avez prévenu de venir en train à Blois. Méfiez-vous car depuis lundi il n’y a plus de train ou presque. Ça s’appelle le cadencement.  Avant, les trains, ils étaient seulement en retard, maintenant, ils ont presque disparu. Le train dans la région ça va devenir tellement rare que le Zoo de Beauval s’est proposé d'en recueillir un ou deux, histoire que l’espèce puisse quand même perdurer, en attendant son classement au patrimoine mondial de l’Unesco. »

Autre message relevé dans la boîte du Père Noël, celui de Eva J., : « Camarade Père Noël, je voudrais vous féliciter d’exister. Avec vos rennes et votre traineau, vous faites depuis longtemps la promotion du transport écologique sans dioxyde de carbone ni gaz à effet de serre. Et je vous propose de vous nommer ministre des transports de mon prochain gouvernement si j’arrive à négocier avec ce Hollande qui m’agace au plus haut point avec sa tête à avoir fait centrale et avec lequel je n’ai aucun atome, crochu bien entendu. » La petite Eva qui veut faire des cadeaux au Père Noël, cela confirme qu’elle ne comprend vraiment rien à rien.

Ah, quand les enfants se chamaillent sur la cour de récré, ils en arrivent à  demander n’importe quoi au Père Noël. Un exemple avec ce message de Dominique de V. de "Paris-les-beaux-arrondissements" qui écrit : « Cher Père Noël. Pourrais-tu enfin me débarrasser du méchant lutin que tu as installé à l’Elysée en 2007 et qui fait rien qu’à m’embêter ? »  

Enfin un joli message du petit Nicolas S. de Paris qui habite dans un joli Palais et qui dit : « Cher Père Noël. Je voudrais pour cette année que tu m’apportes un truc pour que les électeurs continuent à croire en toi. Comme ça en 2012, je pourrai encore leur dire: je ne vous décevrai pas et si ça se trouve, j’arriverai à leur faire gober. »


Ah Père Noël, seriez-vous l’homme de la situation ? Il y a quand même une différence entre mettre un peu de magie dans le quotidien et prendre des vessies pour des lanternes. Quoiqu’il en soit, je vous souhaite, cher Père Noël, de bonnes fêtes de vous-même. Je vais quant à moi me reposer pour mieux vous retrouver au début de l’année prochaine. A bientôt.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages