Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 15:28

Podcast

 

C’est le bac cette semaine, avec les épreuves de philo qui se sont déroulées lundi, et moult sujets de réflexion soumis à la sagacité des lycéens. La philo est à la mode, et pas qu’en France. Les Grecs ont à disserter en ce moment sur ce sujet simple : « Qui paie ses dettes s’appauvrit ». En Syrie, Bachar El Assad est passé aux exercices pratiques de philosophie sur le thème : « Tuer tout le monde est-il le meilleur moyen de ne plus avoir d’opposants ? ». Quant aux habitants du nord du Mali, soumis depuis peu à la charia, ils ont dû apprécier cette question soumise aux élèves de notre académie : « Serions-nous plus libres sans l’Etat ? »

C’est compliqué la philo, vous ne trouvez pas ? Tous ces types qui se posent des questions dans le seul plaisir de se gratter la cervelle avec la certitude de n’avoir jamais la réponse définitive au problème qu’on leur soumet.

Oh, les philosophes, vous n’avez rien d’autres à vous gratter pour prendre du plaisir comma ça à faire suer le burnous à des milliers de jeunes ? Sans compter qu’une partie de ceux que vous  embêtez le lundi matin à 8 heures avec vos interrogations à la mords-moi-le-nœud sont rarement allés, dans leurs réflexions personnelles, au-delà de questions fondamentales du genre: vodka avec ou sans redbull ? IPhone ou Samsung Galaxy ? Big Mac ou Nuggets ?

Cette année, l’accent était mis sur le travail avec  des questions  comme « que gagne-t-on en travaillant » (je signale tout de suite aux candidats qui auraient répondu : « Du pognon » avant de se lever de leur chaise qu’ils risquent d’avoir une mauvaise note), ou « travailler, est-ce seulement être utile » ? Pour la question travailler, est-ce seulement utile, j’ai trouvé personnellement inutile de travailler. De même, je ne me suis pas senti « le devoir de chercher la vérité », encore un sujet du bac. On parlait aussi  des désirs naturels, mais là je n’étais plus en état de réfléchir, occupé à soulager mes besoins du même nom.

Non, la philo, ce n’est pas pour moi. Il faut laisser cela aux gens intelligents. Il faudra quand même noter cet intéressant sujet de dissertation soumis dans l’académie de La Rochelle : « Toujours la trahison trahit le traître ». Nous avons reçu une jolie copie du petit François B de Pau qui souhaitait rester anonyme, et dont la réponse magnifiquement construite dans un français châtié, tournait autour de quelque chose dans le genre « Ben si j’aurais su, je l’aurais fermée ». En tout cas, si certains voulaient répondre que le travail est utile, il est quelques personnes à qui les électeurs ont retiré leur boulot dimanche soir : Nicolas Perruchot à Blois, ou encore l’inénarrable Jack Lang. Celui qui fut blésois le temps de quelques élections finit sa carrière sur un râteau électoral à la vosgienne. Une élection de trop, fatale au grand Jack. Entre nous, à 74 ans, il n’a rien d’autre à faire le père Lang ? De quel vent de dynamisme ou de renouveau se sentait-il donc porteur ? Ce n’est pas la peine de nous prôner la retraite à 60 ans d’un côté pour, de l’autre, tenter de s’accrocher à son fauteuil comme la moule moyenne à son rocher.

La semaine prochaine je vous parlerai du soleil, je suis sûr que vous ne vous souvenez plus comment  il est fait.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages