Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 13:48

Podcast

 

Dix. Ils ne seront que dix à briguer un mandat pour l’Elysée. Dix candidats à la présidentielle, le Conseil Constitutionnel a dévoilé lundi la liste officielle des candidats à la magistrature suprême.

Dix seulement et pas onze, parce que Corinne Lepage, s’est fait recalée à l’examen des parrainages. C’est ballot, dix, à onze au moins ils auraient pu faire une équipe de foot.


Sarko à l’attaque avec Hollande sur l’aile gauche, Bayrou en milieu de terrain, Eva Joly préposée à l’entretien de la pelouse (et ce n’est pas sûr qu’elle y arrive car c’est quand même une écolo de jardin public, la Eva, entre nous). Melenchon essaierait de contester tous les ballons, il conteste toujours tout. Philippe Poutou du NPA et Artaud de Lutte Ouvrière (Nathalie Artaud, pas Florence, c’est la candidate de Lutte Ouvrière, la "Arlette Laguiller" des temps modernes, même si ça paraît surprenant qu’il puisse y avoir des "Arlette Laguiller" dans les temps modernes…) mais je m’égare, Poutou et Artaud donc planqués à l’arrière, le regard sur la montre parce que une mi-temps c’est 45 minutes et que camarade, on ne va quand même pas jouer plus longtemps, Marine Le Pen qui militerait pour que la France sorte de la coupe d’Europe, Nicolas Dupont Aignan et Jacques Cheminade sur le banc des remplaçants, sûr qu’on aurait de quoi occuper tout le monde si on avait pu monter une équipe corpo de la présidentielle 2012. Tant pis pour nous.

 

Maintenant, je peux vous l’avouer, il n’y a pas que Corinne Lepage qui se soit fait recalée. J’ai dû aussi jeter l’éponge dans ma course à l’Elysée, faute de parrainage. Un parrain, je n’en avais qu’un, mais pourtant il était de taille, c’était Jean-Noël Guérini.

On m’avait dit « trouve-toi un parrain », j’en avais trouvé un, un vrai parrain. Malheureusement, il s’est fait rattraper par la patrouille, et il sentait tellement le soufre que même ses petites camarades sénateurs du PS l’ont lâché comme un seul homme en lui retirant son immunité parlementaire. Tout se perd, et si l’on était dans un film d’Audiard, on verrait quelques truands taper le carton en regrettant les bons usages du temps jadis.

 

Alors voilà, je n’ai pas pu me présenter. C’est un peu idiot. La France y perd beaucoup, vous vous en doutez bien. Et puis je m’étais préparé. J’avais déjà travaillé mes premières rencontres avec les media. J’avais approché des personnalités majeures du show-biz pour donner de l’audience à ma candidature et j’avais déjà obtenu le soutien de Tatayer et celui de Daniel Guichard. J’avais commencé à griffonner quelques noms de ministres sur un coin de table. Je n’avais pas fait de programme, parce que vraiment, ça n’a pas l’air nécessaire pour être candidat, ils ont tous un bout de mesure à droite à gauche, mais surtout pas de programme, ça doit être dangereux un truc comme ça, et j’avais écrit le discours de mon premier meeting que je comptais tenir sur le parking du Super U de Morée.

Tout ça pour rien, quelle déception ! Alors je me suis dit que c’était dommage d’avoir autant bossé pour des prunes. Je voulais donc, afin de ne rien jeter aux orties, vous faire partager ces quelques mots :

 

« Mes chers compatriotes, réveillez-vous ! Nous sommes mercredi 21 mars, il n’est que huit heures moins le quart, mais l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt comme disait le grand peintre Maurice Ravel. Nous sommes mercredi 21 mars et c’est aujourd’hui le printemps. Le printemps, quelle merveille que le printemps, il n’y a pas que les adolescents pré-pubères qui bourgeonnent, c’est toute la nature qui se réveille, les arbrisseaux sont en émoi, le cerf barrit et la mésange pioupioute, alors debout, peuple de France, debout et sus aux urnes !

Votez pour moi et je vous promets une loi qui instaurera le printemps tous les jours, une autre pour interdire la pluie pendant les vacances, plus une dernière pour placer ma belle-sœur à la tête d’une entreprise nationalisée. Votez pour moi peuple de France, pour que la volonté reprenne toute sa place dans l’action publique, pour reprendre en main votre destin, et pour le rôti de porc à 7 € seulement le kilo, votez pour moi ! Vive la République, et vive la France ! »


La semaine prochaine, je vous parlerai de l’influence de la pensée de Julien Lepers sur le cours de la betterave sucrière.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages