Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 08:26

Podcast

 

On devient vieux. Que voulez-vous qu’on y fasse ? On devient vieux. On ne se sent pas vieillir soi-même. Ou si peu. C’est vrai qu’avec l’âge les raideurs ont une fâcheuse tendance à se déplacer, et surtout, de temps en temps, des petits riens viennent nous rappeler que notre temps d’hier commence à peser lourd, même si l’on aimerait que celui qui nous reste soit encore bien long.


Tenez, l’autre jour j’ai fait rire mes enfants en leur disant que quand j’étais petit, je faisais du "bicloune". Ben oui, du bicloune. C’est quoi cette pauvre expression ? Trop ringard, trop vieux. De mon temps, on n’avait pas le sum, on ne kiffait pas, on ne disait pas j’avoue à toutes les phrases et encore moins « genre » tous les deux mots. Ce qui donne dans la bouche des jeunes des logorrhées magnifiques, dans le style : « Ouais j’avoue, genre y m’a trop clashé, genre j’avais le sum tu peux pas savoir tellement je le kiffe grave… »


On devient vieux. De temps en temps, je m'y essaie, mais à chaque fois ça rate ! Vous avez déjà essayé, vous de kiffer « Thalassa »? Vous trouvez que Mozart, ça déchire ? Quand en tournant le bouton du poste, ou de la TSF pour les plus anciens d’entre vous, on tombe souvent sur des morceaux de musique qui nous plaisent sur Nostalgie, il faut nous résigner : on n’est plus jeune.

 

Pour preuve, les stars du disco tombent comme des mouches en ce moment, paix à leur âme. La semaine dernière Donna Summer, dimanche Robin Gibb, l’un des piliers des Bee Gees.  Il va falloir s’y faire : ceux qui nous ont fait danser dans notre jeunesse vont aussi passer l’un après l’autre l’arme à gauche.

Pourtant la disparition de Jean Sablon ou de Tino Rossi m’avait plutôt laissé froid, eux aussi d’ailleurs. Mais pour moi à l’époque, c’était des trucs de vieux. Et voilà que ce serait mon tour ? Aujourd’hui, des gamins à peine post-pubères habillés avec en jean et en sweat à capuche pèsent cent milliards de dollars à la bourse de New York. Ça, j’aurai quand même du mal à m’y faire...


La semaine prochaine, je vous parlerai de l’influence des prouesses de Jean Marc Ayrault à l’accordéon sur le fait que Manuel Valls.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages